Cartigny, un village phare dans la campagne genevoise

Situé sur un replat, au-dessus des falaises vertigineuses du Rhône, le village de Cartigny et ses environs immédiats, le sauvagissime vallon de l’Eaumorte (ou Nant des Crues) et la réserve naturelle du Moulin-de-Vert, sont dignes d’une promenade dominicale en famille après un bon repas au Gîte, le bistrot du coin.

Ce premier dimanche de février, le soleil caressait agréablement l’échine, il y avait du monde sur la terrasse et, dans un pré, des milliers de cyclamens éclos signalaient au monde éberlué que le printemps frappait à la porte avec un mois d’avance…

On peut se rendre à Cartigny en transports publics, mais c’est la croix et la bannière. Le village n’est qu’à 8 kilomètres de Genève, il faut cependant changer de bus à Onex et attendre parfois une heure la correspondance. Mieux vaut donc monter en auto, il y a un parking à l’entrée du village

Cartigny est l’un des villages les plus attachants du canton. L’on peut y flâner à l’aise par un réseau presque quadrillé de cheminements délimitant des fermes en bandes, sortes de mas typiques de la campagne genevoise que l’on retrouve par ailleurs en Savoie et au Piémont, ces trois territoires ayant longtemps participé d’une même sphère.

Le Groupe de recherches historiques de la commune a publié un dépliant de format carré, Promenades à travers Cartigny, auquel vous pouvez vous référer pour partir à la découverte des châteaux, fontaines, maisons rurales. Ces dernières n’ont pas toujours été restaurées avec la modestie qui siérait à l’architecture campagnarde pauvre des XVIIe aux XIXe siècles. Mais au moins elles ne sont pas stigmatisées, comme dans de nombreux villages, par des éléments décoratifs douteux dont les citadins parachutés à la campagne savent faire si ample consommation.

Resterait-il un fond d’austérité calviniste dans ce village tôt acquis à la foi réformée? C’est ce que laisse supposer l’installation récente, dans les rues et sur les places, d’un nombre extraordinaire de vide-poubelles, aussi design qu’écologiques, qui font penser à des stèles funéraires. Rien ne doit traîner à Cartigny…

Depuis la Maison Martin, superbe domaine du XVIIe siècle (voir le plan sur le dépliant), plonger dans le profond vallon du Nant des Crues, une vraie jungle, avant de grimper sur le plateau d’Avully d’où la vue sur la cuvette franco-genevoise, délimitée par le Salève, le Mont-de-Sion, le Vuache et le Jura, est des plus impressionnantes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *